Clim Poko de Sèmbèdèkè : « le Président Lansana Conté avait aimé le son galangny »

Un morceau rap titré Son galangny, très engagé de par son contenu que par la hargne qui accompagne les couplets, faisait une entrée très appréciée sur le marché du disque en 2007 car titre éponyme de l’album. Il était l’oeuvre du groupe Sèmbèdèkè, composé par Clim Poko et de Lil Païto.

Dans les lyrics chantés en soussou, en malinké et en français, on pouvait voyager à travers une Guinée sous un régime militaire, un pays en proie à la débauche et à l’incivisme, une nation déchirée par des élans ethniques et une gouvernance qui étouffe le peuple. Une musique rap, pur et dur avec une prod signée Junior Fouza.

Treize (13) ans après ce morceau à succès, Clim Poko qui évolue de nos jours dans les médias avec le Journal Rappé chez nos confrères d’Espace Tv, a fait une révélation plutôt surprenante.

C’était dans l’émission La Grande Interview, du site Guineehitmusique, avec l’animateur Kékoura Kourouma. 

« Même le Président avait aimé le morceau car dans mon couplet, il y a une partie où je dis 《faire des coups d’Etats dans un pays, ce n’est pas normal. Combien de fois notre Président s’échappe aux coups d’Etat》. Pour le son galangny, j’ai été invité à la Présidence de la République », a-t-il rappelé.

Et sur les motifs de cette invitation, Clim Poko a affirmé : « je pensais au départ que c’est pour les avoir taclés, qu’ils m’invitaient. Mais ils m’ont dit : tu sais pourquoi on t’a invité et j’ai dit non. Ensuite, ils ont ajouté : c’est parce que tu as dit faire des coups d’Etat dans un pays, ce n’est pas normal. Combien de fois notre Président s’échappe à un coup d’Etat ».

Invraisemblable, estimeront certains  témoins de cette période car, le rap était l’un des opposants au régime guinéen et à sa mauvaise gouvernance, une musique engagée et militante des valeurs humaines et démocratiques. Mais avec cette sortie, on se rend compte du pouvoir que peuvent avoir des mots sur le sens des relations humaines.

Alpha Camara

Commentaires