Dans son intervention le jeudi 15 août dernier, tau compte du Master Class session 2019 dont le thème portait  sur “le management artistique”, Malick Kébé Directeur général du Fonds de développement des arts et de la culture (FODAC) a montré le nord aux jeunes managers et acteurs culturels guinéens. 

Aux dires de Malick, l’artiste doit s’entourer d’une équipe de professionnels dans divers domaines de la chaine de l’industrie musicale. 

Ensuite, l’ancien opérateur culturel et même le premier dans le milieu urbain guinéen, a regretté certaines situations : “investir des milliers d’euros pour un featuring, est absurde. J’estime qu’il faut injecter ce fonds en recrutant les professionnels et d’une façon rigoureuse, veiller à la bonne exécution de la tâche qu’on les confie. Aujourd’hui, certains managers veulent jouer tous les rôles et tout faire, cela impacte sur le plan de carrière de son artiste car il ne peut pas être manager et assurer comme il le faut, la communication de l’oeuvre et de l’artiste. Il faut trouver les personnes qu’il faut et les laisser faire ce qu’ils savent faire de mieux, pendant que ce temps, le manager fait ce qu’il sait faire de mieux”.

“Vous ne pouvez pas être manager et vous habillez à l’image de votre image. Vous êtes l’image de marque de votre artiste. Le manager ne doit pas voir les mêmes réactions impulsives que l’artiste. Il y a des managers qu ne maîtrisent pas leur artiste, il faut que le manager se fasse respecter, Il faut avoir une image qui va pousser l’artiste à vous respecter”, a-t-il ajouté.

Pour finir, Malick Kébé a insisté sur le fait que le manager doit être discret. “Il doit avoir des réserves car il ne doit pas dire des choses qui doivent avoir des répercussions négatives, sur le talent et la carrière de son artiste”.

Alpha Camara

 

 

Commentaires