EXCLUSIF : l’Assemblée nationale guinéenne « criminalise » tout acte de piratage des oeuvres artistiques

L’une des bonnes nouvelles pour l’épanouissement des artistes dans leur carrière et même après la retraite, figure parmi les dispositions de la nouvelle loi sur la protection des oeuvres littéraires et artistiques, adoptée par l’Assemblée nationale le 12 juin dernier à Conakry.

Apostrophé par Generations224.com, Dr Ben Youssouf Kéïta député et président de la commission santé, sport, jeunesse art et culture à l’Assembée nationale, nous a faits le point sur la nouvelle loi.

« La première innovation de la nouvelle loi sur les droits d’auteur, repose sur la rigueur de l’application des textes vu que l’ancienne n’a jamais eu d’effet, malheureusement », a-t-il indiqué.

Au titre des innovations apportées, Dr Ben a précisé : « il y a la criminalisation de toute personne qui piraterait toute oeuvre littéraire ou artistique, d’un guinéen. Aussi, La poursuite judiciaire de toute personne qui refusait de payer les droits d’auteurs ».

A cet effet, les médias qui ne s’acquittaient pas du paiement des redevances sur les droits d’auteur, ne sont plus à l’abri, nous a confiés le président de la commission santé, sport, jeunesse art et culture à l’Assembée nationale.

A l’unanimité, la nouvelle loi sur les droits d’auteur a été votée. Ce geste de l’hémicycle qui est d’une rareté, s’explique selon les propos du député, par la misérable fin des artistes guinéens qui ont dignement  brandit le tricolore guinéen sur la scène internationale sous la première République.

Et pour parer à de telles circonstances, ajoute-t-il, seront organisées dorénavant, la collecte des fonds nécessaires pour assurer la prise en charge des artistes durant toutes les étapes  » de la création de l’oeuvre à la mort de l’artiste, il doit bénéficier des retombées de son oeuvre ainsi que sa postérité après son décès ».

Dans « la loi sur la protection des oeuvres littéraires et artistiques », adoptée le 12 juin dernier après une proposition du Bureau Guinéen des Droits d’Auteur,  la « criminalisation » de toute action de piraterie d’oeuvre est mentionné dans le titre IV, à partir du chapitre II, article 150.

 

Alpha Camara (Le Sérum)

 

Commentaires