EXCLUSIF / Pour ses positions contre le troisième mandat, l’artiste Jack Woumpack est menacé!

Reconnu “parolier” pour ses expressions tranchantes en soussou (langue locale) depuis son premier single à succès “Baréya”, l’artiste Jack Woumpack n’a pas sa langue dans sa poche. Il fait partie des citoyens guinéens qui ne cessent d’exprimer leur opposition, à toute tentative de modification de la constitution guinéenne ou d’un potentiel projet de troisième mandat.

Depuis quelque jours, il a fuit sa résidence située à Coyah pour une destination encore inconnue, après une descente des hommes en tenue dans les pick ups, à sa recherche.

Joint par la Rédaction de Generations224.com dans la journée du  mercredi 7 août, Jack Woumpack a raconté : “il y a 4 jours de cela, des pick-up ont effectué une descente à Coyah avec pour mission, m’arrêter sans aucun motif ni une plainte à l’avance”.

Sur les raisons de sa recherche par les hommes en uniforme, Jack Woumpack a affirmé : “je fais partie de ceux qui s’opposent à tout projet de troisième mandat ou de modification de la constitution et nous savons tous que certains promoteurs n’aiment pas d’obstacle”.

Loin d’être fini, l’auteur des albums “Woyèn bouki” volume 1 et 2 Jack Woumpack, nous a rassurés que son combat est un état d’esprit. 

Pour bon nombre d’observateurs, l’heure est grave si toutefois, pour leur prise de position contre les tares de la société et les dérives du régime guinéen, les artistes se retrouvent dans le collimateur des promoteurs qui caressent le rêve d’une troisième mandature, pour le locataire de Sèkhoutouréya.

On se rappelle qu’en 2017, le reggae man Takana Zion en compagnie des membres du Mouvement Wonkhai 2020, avait payé les frais de son engagement social par la perte de quelques lock’s (cheveux rasta). Mais Mangana reste droit dans sa botte  contre cette aventure politique qui risque de plonger selon lui, le pays dans des tourmentes.

 

Alpha Camara

 

Commentaires