Interview: le Parolier du sud, ambassadeur africain du slam en Guinée, fait le point

Depuis une dizaine d’année, le slam, art oratoire aux mots percutants et au ton parfois doux et agressif, a frôlé le territoire guinéen. Des slameurs, homme comme femme, partagent leurs émotions et leur constat de la vie, avec un public qui découvre cette forme artistique et qui s’entache au fil des prestations.

Rencontré par votre site d’informations Generations224.com, l’ambassadeur de la Coupe d’Afrique du slam et de la poésie en Guinée, Yaya Kassé a.k.a le Parolier du sud, nous a fait le tableau de cet art en Guinée. Une lecture de la situation  reluisante et triste à la fois.

Lisez!

Generations224.com : pour la deuxième année, vous êtes ambassadeur du slam africain en Guinée.  Comment accueillez-vous cette charge?

Le parolier du Sud: La naissance du personnage « LE PAROLIER DU SUD » a été possible, suite à un concours de circonstances. Un jeune homme épris de mots découvrant le partage fit une promesse, celle de perpétuer l’art oratoire dans les contrés des anciennes rivières du sud « la Guinée ». La responsabilité d’être l’ambassadeur de la (CASP) Coupe d’Afrique de Slam et de poésie en Guinée, a été un honneur et en même temps un défi dans l’ensemble. Le but étant de faire la promotion du slam dans mon pays et d’emmener plus en plus de personnes, à s’intéresser à cet art poétique urbain, qui ne cesse de poursuivre sa route. Je dois aussi œuvrer pour une bonne représentativité de la Guinée, sur la scène africaine en organisant une coupe nationale de slam et de poésie. Il est temps pour moi de remercier le Comité d’organisation de la (CASP) d’avoir renouvelé sa confiance à ma modeste personne. Qu’il soit rassuré que j’ai conscience de l’ampleur de la tâche à accomplir, pour l’atteinte des objectifs de la mission qu’elle s’est fixée. Je n’accueille pas cela comme une charge mais comme une opportunité de rendre service à ma passion.

 

Generations224.com : Comment avez-vous vécu la première expérience ?

Le parolier du sud : c‘était une très belle expérience, parsemée d’embûches certes, mais le fait de réunir toute une jeunesse au tour du slam et aussi nos aînés qui ne cessent de nous apporter leur soutien, a été vraiment salutaire et révélateur. Avec notre statut de parents pauvres qui cherche tant bien que mal à se frayer un chemin dans l’univers artistique actuel. On a maintenu le cap et nous avions pu réaliser les choses avec les moyens du bord. C’est dans une nouvelle dynamique que j’entame cette nouvelle aventure, dans l’espoir d’être à la hauteur des attentes des instances suprêmes du slam africain.

 

Generations224.com: Aujourd’hui, à quelle échelle sur 100, vous pouvez placer l’évolution du Slam en Guinée?

Le parolier du sud : je suis très satisfait de l’intérêt naissant qu’engendre cet art, chez les jeunes guinéens. Ça fait 5 ans que je suis dans le milieu et je me rappelle encore des débuts qui n’étaient pas assez reluisants, mais on y a cru et avec les frères Le Thierno, Mamché, Théophile, Tellyum, Philantrope, pour ne citer que ceux-là, nous nous sommes investis pour que chacun apporte sa pierre à l’édifice qui commence à prendre forme dans le paysage artistique.

 

Generations224.com : de plus en plus de personne s’intéresse à cet art oratoire, est-ce une victoire pour toi ou est-ce que tu crains que trop de slameurs tuent le slam?

Le parolier du sud : pour ma part, cela représente une belle victoire qui encourage malgré les obstacles, à continuer la route. Cet art est magique car il symbolise le partage dans sa plus belle tenue. Le découvrir et l’adopter, nous prouve qu’on a des choses à dire, des émotions à confier à l’auditoire et cette attention le temps d’un texte prennent des allures de thérapie qui apaisent l’âme. Il ne faut pas ignorer l’engrenage des influences de la musicalité urbaine, qui fait que le slam devient du spoke and word. L’un de mes objectifs est de maintenir l’âme du slam à l’état d’origine et pour ce faire, je compte organiser des scènes ouvertes, des opens mics pour permettre à notre art de rester en vie.

 

Generations224.com : Merci M.

Le parolier du sud : c’est un plaisir pour moi.

 

Entretien réalisé par Alpha Camara

Commentaires