Lancement à Conakry, d’une formation internationale en “Entrepreneuriat culturel”

La mondialisation passe aussi par la culture. Et pour se préparer à vivre et paramétrer les tendances aux réalités guinéennes, un Master Class International dont le thème porte sur “l’entrepreneuriat culturel”, a ouvert ses portes aux acteurs et opérateurs culturels guinéens, dans la matinée du jeudi 15 août à Conakry.

Placée sous le slogan “Former une nouvelle élite africaine d’entrepreneurs culturels au service du développement culturel”, l’initiative de l’Association Cultures Ensembles, a mobilisé une cinquantaine de jeunes promoteurs, managers d’artistes et opérateurs culturels de Conakry. Tous venus dans l’optique d’être outillés sur les neuf modules. 

Ouvrant le bal des interventions, le président de l’Association “Culture Ensemble”, Lassine Koné, a planté le décor : “l’Association “Culture Ensemble” a pour vision d’unir les efforts et d’agir autrement dans le domaine culturel. Nous venons dans le milieu par passion et nous avons pensé à initier des formations, pour professionnaliser le milieu”.

Au nom des formateurs, Luc Mayitoukou a indiqué que tous les formateurs sont des hommes de terrain qui maîtrisent mieux les sujets, qu’ils vont aborder. Avant d’affirmer : “ça me fait chaud au coeur de voir l’engouement pour la formation car voir une jeunesse qui a soif de connaissance, nous donne de la force de partager nos acquis”.

Représentant le président de la Commission Santé, sport, art et culture à l’Assemblée nationale, Hadji Barry a félicité l’initiative en ajoutant : “c’est réconfortant de voir une jeunesse qui veut se former en culture, un domaine abandonné par l’Etat et minimiser par les guinéens, afin de ramener le pays à son rang de l’époque”.

Formateur en Marketing des produits culturels, Azam DG d’E-Com a rappelé les enjeux de la mondialisation pour la culture guinéenne: “Face à cette mondialisation que nous subissons, les acteurs et artistes guinéens ont un véritable rôle dans le passage de cette mondialisation culturelle. Il faut faire passer le marketing dans la culture et la culture dans le marketing”.

Malick Kébé, Directeur général du Fond de développement des arts et de la culturel, a exprimé sa joie de voir que la relève est assurée : “aucun mot ne peut définir ma joie de voir des jeunes opérateurs culturels, mettre la main dans la poche pour se former et équilibrer la culture guinéenne”.

Pour le discours de lancement de ladite formation, le Secrétaire général du Ministère des sports, de la culture et du patrimoine historique s’est réjoui de l’engagement d’une nouvelle génération d’opérateurs culturels. “C’est une action novatrice dans le secteur des arts et de la culture. Il faut accepter de se former pour être performant dans ce qu’on fait et agir pour apporter un changement positif dans notre société. Chaque module porte sur un domaine précis mais le tout renforce les capacités d’un opérateur ou d’un acteur culturel dans sa mission qui est de valoriser la culture guinéenne. ”, a-t-il affirmé.

A préciser que cette formation s’étendra sur trois jours durant lesquels, les bénéficiaires seront outillés sur des modules dont entre autres, la politique culturelle et le développement durable en Afrique, les notions de volontariat et les opportunités, le management artistique et le statut de l’artiste, les droits d’auteurs et la propriété intellectuelle, le management culturel, Maaya culture et entrepreneuriat, le marketing des produits culturels.

Alpha Camara

 

Commentaires