Mamadou Thug : « le Ministère guinéen de la culture tue les autres formes d’art »

La gestion et la promotion de la culture par les autorités qui en ont la charge, ne sont pas du goût de l’humoriste Mamadou Thug.

Dans un entretien accordé à Generations224.com, il a exprimé son mécontentement face à certaines pratiques.

« c’est le Ministère de la culture qui tue les autres formes d’art, telles que le théâtre (Humour et autre), la mode, la peinture, le cinéma, la danse…, en Guinée », a-t-il apprécié.

Et s’expliquant, Thug a martelé :  » beaucoup de cadres du Ministère de la culture ne connaissent pas la culture et ils sont là juste pour se remplir les poches ».

Le concepteur de « Ça c’est moi ça » se pose des questions sur le triste sort ou devrions-nous dire, sur la triste fin des précurseurs des téléfilms guinéens dont les troupes Pèssé, Lewrou Djèré, Sodia, Benda, Nilpalougou, Tonton week-end. « Où sont ils ses exllecellents auteurs de la lucarne joyeuse de la RTG? Aujourd’hui, ces gens meurent dans la mendicité. Ça fait mal si des artistes sont honorés à Sèkoutouréyah, on ne voit pas un Alkaly Mohamed Kéïta, Koro Mamoudou, Sow Bailo et les autres à titre posthume comme Harouna Barry, Mody Oumar… ».

Sans changer de fusil d’épaule, Thug a affirmé  : »le ministère de la culture est en manque de cadres qui défendent la culture mais plutôt, ce sont des personnes qui gèrent leurs gombos (expression tirée de l’argot guinéen qui veut dire « les deals »), qui remplissent le département pourtant, c’est pas un ministère de musique ».

Et de faire une rétrospective : »faisant un rappel du FENAC, les acquis de l’année 2018 ont été mis dans l’eau en 2019 car les choses ont été improvisées, il n’y a pas un travail de fond. Le président a trop dansé lors des festivals nationaux, alors proposons autres ou de nouvelles chose à M. le Président de la République que nous aimons tous. Nous sommes dans des moments ou le Professeur Alpha Condé doit rire avec tout le peuple de Guinée mais hélas, nos  responsables, je pense qu’ils n’ont pas de feuille de route pour le développement de la culture ».

Dans sa conclusion, Mamadou Thug a indiqué que les festivals organisés par les privés, sont plus riches de par le contenu et mieux travaillés que ceux goupillés par le Ministère de la culture et du patrimoine historique.

Alpha Camara

Commentaires